Burn out, comment se protéger ?

Responsable parlant à un employé du burn out.

Tabou, sujet sociétal, le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel est reconnu comme maladie professionnelle. Dans la grande majorité des cas, les personnes touchées par ce fléau, qui touche majoritaire le monde de l’entreprise, n’ont pas forcément déceler à temps les symptômes indiquant qu’ils s’acheminaient vers une pente descendante. 

Voyons, dans cet article, un peu plus clair sur cette maladie et comment se protéger d’elle

Le terme  » burn out  » est apparue dans les années 1970. Il qualifie à l’origine une construction sociale et scientifique qui décrit à l’époque, l’épuisement au travail de professionnels de l’aide et du soin. 

De nos jours le burn out se traduit plus généralement par un épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel. 

Présentation des trois syndromes du burn out

C’est la première manifestation du burn out. Elle se présente sous l’apparition d’une fatigue extreme due à une exposition à des facteurs de risques psychosociaux.

Ces risques envahissant sont : 

  • Conditions de travail très exigeants
  • Manque de ressources et d’appui pour y faire face
  • etc…

Malheureusement les repos usuels (sommeil, week-end, congés, etc) ne suffisent pas à soulager cette fatigue qui devient chronique.

Seconde dimension du burn out, la personne touché par celui-ci adopte généralement une attitude négative, dure, détachée vis-à-vis de son travail et des personnes qui l’entoure (collègues, encadrement, clients, patients, etc )

Cette seconde dimension s’apparente en quelque sorte à une auto-préservation face aux exigences (émotionnelles) du métier auxquelles la personne ne peut faire face.

Cette troisième dimensions se caractérise par une perte d’accomplissement personnel, une dévalorisation de soi. Ce qui amène la personne a intégrer l’idée qu’elle est inefficace dans son travail et de ne pas être à la hauteur.

Cependant cette dimension est sujet à controverse car elle est considéré par certains auteur comme un trait de personnalité ou comme une conséquence du stress au travail.

La fatigue, l’épuisement qui est vécu chez la personne entraine le plus souvent un sentiment de perte de contrôle.

Ce qui peut se manifester par des peurs mal comprises et des tensions sur le plan nerveux.

La personne peut-être facilement irritable, tendu n hypersensible ou à l’inverse démontrer aucune émotion. Un peu comme spoke dans star trek. 

personne ayant mal à la nuqye, une des manifestations physique avant un burn out.

Ce type de manifestation est le plus fréquent est le plus facilement décelable.

L’une de ses manifestations les plus connu et le trouble du sommeil, mais également un état général de fatigue chronique ( lié au manque de sommeil réparateur).

Son également dans la liste, le ressenti de tension musculaire permanente notamment au niveau du dos et de la nuque.

Selon les personnes, une perte de poids soudaine peut avoir lieu ( conséquence du mauvais stress). Maux de tête, nausées, vertiges sont également observés.

Ces manifestations se matérialise par des perturbations sur les capacités de traitement de l’information dont nous disposons, accompagné par une panoplie de désagrément tel que la perte de concentration, la difficultés de réaliser plusieurs choses à la fois, à nuancer, prendre des décisions. Erreurs mineures, fautes, oublis sont également constatés.

collègue qui s'ennerve viss à vis de sa collaboratrice, personne proche du burn out.

Sur le plan comportementale, un réflexe de repli sur soi peut s’effectuer induisant insidieusement un isolement social.

Parfois seul l’agressivité, la violence sont les seule mode de communication utilisé. Ce qui peut-être la conséquence d’ un manque de tolérance à la frustration qui est ressenti professionnellement.

De moins en moins sujet à l’empathie, la personne est sensible aux problèmes des autres et aller jusqu’à déconsidérer totalement ses collaborateur. 

 

écriture sur un tableau , prévention contre le burn out.

Si vous travaillez dans un environnement professionnel qui est susceptible de vous engager sur une pente glissante telle que le burn-out ou que votre activité d’indépendant est un travail fortement sollicitant sur le plan nerveux et/ou physique, prenez soin de porter attention à ce qui va suivre. 

  • Si vous vous sentez surchargé ou débordé, faites une liste des tâches à accomplir par ordre de priorité. Vous pouvez les organiser entre celles que vous devez accomplir vous-même et celles que vous pouvez déléguer. Apprendre à déléguer est un bon moyen de prévenir le burn out.
  • Pour éviter la frustration et le sentiment d’échec, il est préférable de vous fixer des objectifs précis et réalistes. Il est également important de fixer des limites à votre engagement professionnel et à votre perfectionnisme.
  • Apprenez à reconnaître les situations et les événements qui vous stressent de façon négative, afin d’essayer de les prévenir ou de les éviter.
  • Efforcez-vous d’apprendre à dire « non » lorsque cela est préférable. Réfléchissez avant d’accepter une mission et de vous retrouver surchargé de travail.
  • Evitez de comparer vos performances à celles de vos collègues ou de vous lancer dans une compétition avec eux.
  • En cas de stress au travail, ne gardez pas vos soucis pour vous. Parlez-en à vos proches ou à des personnes qui connaissent le même type de problème. L’isolement contribue à l’épuisement émotionnel.
    • Ecoutez les signaux que votre corps vous envoie. Essayez d’évacuer votre stress en pratiquant une activité physique régulière ou une activité relaxante. En cas de fatigue, mieux vaut éviter les excitants tels que le café, le thé, le chocolat, les colas ou le guarana, l’alcool et si possible le tabac.
  • Ralentissez votre rythme de travail, apprenez à faire des pauses et… à ne rien faire ! Essayez de garder votre calme face aux événements professionnels et relativisez leur importance.
  • Ne devenez pas esclave de la technologie. Evitez de consulter vos messages électroniques professionnels à votre domicile et séparez autant que possible votre vie professionnelle de votre vie personnelle

 

  • Quelle est la place du travail dans votre vie ? Est-elle en accord avec la place que j’aimeriez lui accorder ?
  • Quelles sont les raisons de votre mal-être au travail ?
  • Pourquoi êtes-vous si sensible à ces situations et à ces événements ? Quels effets ont-ils sur vous ?
  • Comment pouvez-vous modifier ces conditions de travail pour éviter que ces situations ne se produisent, ou pour diminuer leur impact négatif sur mon bien-être ?
  • Pourquoi n’avez-vous pas encore réussi à modifier ces conditions de travail ? Quels sont les freins qui vous ont empêché de le faire ?
  • Pouvez-vous raisonnablement demander à votre employeur de modifier certaines de vos conditions de travail ?
  • Les choses seraient-elles plus faciles si je changiez d’employeur ? Quelle est votre part de responsabilité dans les raisons de votre mal-être ?

Source : 

INRS : Epuisement Professionnel ou burn out.

Vidal : Les causes et la prévention du burn out.

Guide d’aide à la prévention. Le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout. Mieux comprendre pour mieux agir
 
Inscrivez vous à ma Newsletter pour ne rien rater.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.